No alternative électoralLe refus, l'alternative du pauvre ?