Le spectateur affranchi

CARACTERE DE L'AFFRANCHI

2015-03-29 09Le militant, par définition, est un soldat qui adhère à une idéologie et cherche dans les informations à sa disposition la justification de sa foi. Dans la complexité du monde, il trouve toujours chaussure à son pied qui le confort(e) pour marcher droit.

Le spectateur affranchi est un solitaire qui interroge le champ le plus large d’informations contradictoires pour se construire une pensée aussi singulière qu’elle reste inachevée et à tout instant révisable. Il va pieds nus, sans cape ni épée. Il n’envisage jamais d’imposer son opinion. Il sait la vanité et l’injustice de la démarche. Il veut juste comprendre ce qui lui est accessible sur la foi des données disponibles.

 

la vignette :

l'affranchi

Posté par Le_Refusant à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


AFFRANCHI N'EST PAS GAGNANT

41v3mgzCixLUn spectateur affranchi, ni de gauche ni de droite, ni blanc ni noir, sans genre ni âge, passe muraille et retour, n’a aucune chance d’intéresser ses contemporains dans un monde ou seul le buzz le plus arrogant, vulgaire, provocateur, extrême ou radical répond aux attentes égocentriques des foules. Un non-fiché S…alopiaud, gris, métis ou mixte, inclassable et qui refuse d’entrer dans la boîte qui lui est allouée représente l’horreur absolue pour la fabrique du buzz sur réseaux dissociaux. Même le scoop ne fait plus recette. Ce qui compte n’est pas le caractère inédit de l’information, seulement son degré d’intensité provocatrice.

neutralite-politique-philosophique-religieuse-applique-secteur-prive-comment-rediger-clause-T

Posté par Le_Refusant à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RESISTANT, RENONCANT ET REFUSANT

torrent-de-montagneLe résistant est comme un barrage : il se bat contre la pression de l’eau pour imposer son ordre. C’est un combattant dont la valeur dépend de la cause pour laquelle il se bat.

Le renonçant est comme le galet emporté par le flux du torrent : il s’abandonne à la pression de l’eau qui lui impose sa loi. Rompu au moindre effort, il suit la pente ouverte devant lui et devient complice de la violence qui l’entraîne, pour le meilleur ou le pire.

Le refusant est un rocher qui se laisse contourner par le courant ; il ne cherche pas à lutter contre la puissance de la gravité qui se déverse autour de lui, il s’emploie seulement à ne pas se laisser emporter plus loin. Il n’est coupable que de lui-même.

Posté par Le_Refusant à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 novembre 2022

LE DROIT DE REVER

imagesSe battre contre les dictatures qui oppressent les populations du monde au nom du Peuple, du Fisc et du Saint Office relève de la nécessité. Malheureusement, toutes les oppositions qui assurent y travailler ne cherchent qu'à substituer leur autoritarisme à celui qu'elles combattent. Faire un tel constat est bien démobilisateur et, à ce titre coupable, mais si le propos permet à chacun de changer de logiciel pour analyser le réel et conduit toutes les garces et gars du monde à se tendre la main pour pousser ensemble leur commun cri du cœur, le droit de rêver sera sauvé.

Voir aussi :

Démocratie, indispensable utopie

Fake représentation

Il faut sauver le soldat démos

Vote démocratique

Oraison de la démocratie trahie

Posté par Le_Refusant à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2022

RESEAUX SOCIOS ET FOOTAGE DE GUEULE

Les réseaux socios sont les terrains où règnent les hooligans du footage de gueule.

partage la vignette si tu le déplores aussi

 

Réseaux Socios

#RéseauSocios #footagedegueule #StopBabelTwitt

Posté par Le_Refusant à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 novembre 2022

UNIFORME DE LA PENSEE

800px-Kennet_uniformLes vedettes du parti Les Républicains proposent l’instauration de l’uniforme à l’école, voire à l’université ! Retour sur un vieux serpent de mer qui agite de façon chronique ceux qui confondent éducation nationale et instruction militaire ! Mais, bon, le débat est ouvert. Laissons-le vivre.

Mais quand ce sont les groupies du conservatisme réactionnaire arcbouté sur la défense des traditions nationales et des libertés de la jungle qui se mobilisent pour adopter un projet étranger aux coutumes françaises et au nom d’un égalitarisme qu’ils reprochent par atavisme à la gauche radicale, rions quand même de les voir si belles en ce miroir !

Uniformis vanitas ! S’il est le plus visible et réductible des accessoires identitaires, le vêtement est aussi le plus superficiel et illusoire. Son utilité se discute, mais il n’atteint jamais les objectifs égalitaires qui lui sont attribués. Les inégalités et discriminations associées savent contourner le problème, usant de codes d’identification plus efficaces que voiles et tissus réunis. Sauf à interdire piercings, tatouages, barrettes et autre marqueur d’appartenance pour ne pas évoquer les codes inscrits dans l’inconscient de chacun, l’ignorer est l’assurance de frapper une énième fois un grand coup d’épée dans l’eau du marigot.

Le comble du ridicule achevé se paraît de ses plus beaux atours quand les divas de l’égalité universelle rejettent sans l’ombre d’une hésitation une mesure qui défend l’égalisation de tous (pauvre et riches, garçons et filles, croyants et incroyants, obèses et anorexiques, valides et handicapés) par le vêtement.

Moralité : aussi vaine qu’elle soit, la querelle a l’avantage de montrer comment les idéologues déclinent à géométrie variable les valeurs qu’ils prétendent défendre.

Lire aussi :

L'habit ne fait pas le moine

 

 

 

Posté par Le_Refusant à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2022

ACTIONNARISATION DES CITOYENS

1026094546-7En termes de « récompense » pour service ou travail bien rendu, Renault va distribuer six actions gratuites à 110 000  de ses salariés. C’est aussi une manière de les intéresser au sort de l’entreprise. La mesure peut se discuter. Ses vices et ses vertus mériteraient d’être listées. Le recours à celle-ci par d’autres entreprises pose toutefois question si elle venait à se généraliser : de qui seront les salariés-citoyens ? Quelle appartenance collective sera la leur ? Se sentiront-ils toujours Français ou Renaultais d’abord ? Quel intérêt général privilégieront-ils entre celui de l’état national et celui de l’entreprise ? L’actionnarisation des salariés n’est-elle pas la énième étape de la dénationalisation du monde, de la privatisation des citoyens et de la libéralisation économique libertarienne ?

A l'heure où M. Evgueni Prigogine envisage de lancer son propre parti, annonçant la possible candidature de Parrains à la conquête d'un exécutif national, la question de la camorisation des états prendrait un nouveau tour. Cette camorisation ne consisterait plus à voir les gouvernements se comporter comme des mafieux. Ce sont les Parrains qui deviendraient chefs d'Etat !!!

 

Pour penser plus loin :

Triple G, la Grande Guerre des Gangs

Camorisation du monde

Ces Parrains borgnes qui gouvernent

Dissolution des Etats et privatisation des peuples.

Posté par Le_Refusant à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2022

HPI RELIGIEUSES

michele defrenne, Soumission 2008À l’instar de ses sœurs en monothéisme – seules confessions intrinsèquement autoritaires puisqu’elles reposent sur un lien absolu entre les fidèles et une autorité omnipotente unique – l’Islam est une religion qui n’est ni bonne ni mauvaise en soi. Elle propose des réponses à de légitimes questions universelles. L’histoire montre que son règne a su être vecteur de tolérance, progrès et productions de beauté autant qu’elle a pu favoriser leur contraire. Comme le judaïsme ou le christianisme, elle détient un Haut Potentiel d’Idéalisation (HPI) qu’elle se doit de transformer en fait établi.

L’islamisation du monde n’est donc pas plus dangereuse en soi que ne l’a été la christianisation de l’Empire romain ou ne l’est la laïcisation de nos sociétés contemporaines. Seules les interprétations totalitaires des dogmes sont à bannir des horizons humains. En l’occurrence, il faut combattre la wahhabitisation du monde musulman depuis un demi-siècle au moins comme fut combattu l’Inquisition de la Chrétienté au XIIIe siècle. La lecture du Coran par les Saoudiens conduit à une déculturation des populations-cibles au profit d’une paradoxale enculturation dans l’ignorance, non seulement de tout ce qui est étranger à la doxa religieuse mais de cette dernière elle-même laissée à la seule disposition des autorités islamiques autoproclamées.  

Les religions monothéistes sont porteuses de valeurs humanistes, diffusent des discours de paix, d’amour et de justice. Pour ces richesses, elles mériteraient d’être inventées si elles n’existaient pas ; sous réserve de les tenir à l’écart des autocrates qui prétendent savoir comment traduire la Volonté qui les dépasse. « Demandez à mon mari » dit l’épouse soumise qui respecte les injonctions qu’il lui adresse au nom de Dieu. Cette condition nulle part respectée oblige à les dénoncer pour ce qu’elles sont : des instruments de domination en général, patriarcale en particulier.

Dans le monde des oligopoles mafieux qui affligent les hommes, ces religions restent sans doute le meilleur opiacé susceptible de rendre la vie supportable pour le commun des mortels. C’est là leur potentiel de nuisance contre lequel les hommes et les femmes de bonne volonté doivent mobiliser leur Haut Potentiel d’Idéalisation.

 

Illustration : image empruntée (sans autorisation demandée auprès de l'auteure, je la prie de m'en excuser si le lien l'offusque) d'un tableau de Michèle Defrenne intitulé Soumission (2008). Il illustre le Haut Potentiel de Soumission dont les clergés sont capables quand ils tournent le dos aux valeurs qui justifient leur existence.

 

Posté par Le_Refusant à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2022

DEMOCRATIE, INDISPENSABLE UTOPIE

36C08D88-63BD-4798-9BF9-CD5464B86B4BLa véritable démocratie est la prise de décisions par l’ensemble des personnes concernées par celles-ci. Elle suppose que ces dernières aient accès à toutes les informations disponibles et détiennent la capacité d’en comprendre les enjeux. Elle ne doit exclure personne qui ne se soit de lui-même retiré de la communauté. Pour son bon exercice, la démocratie nécessite le respect de trois qualités au moins :

1/ Elle doit être universelle. La condition d’appartenance à la communauté de pouvoir ne suppose aucune exclusion de nationalité, de sang, de sexe, d’âge, d’argent, de croyance ou de résidence. Seule l’absence de conscience (pathologique) ou de connaissance (manque de qualification générale) peut suspendre ou remettre à plus tard l’exercice partagé du pouvoir. 

2/ Elle doit être transparente. Le secret ne peut se justifier qu’au regard de puissances déclarées démocratiquement ennemies. Le membre actif de la communauté doit pouvoir accéder à toutes les données relatives aux questions en débat. L’exclusion de ce droit remet aussitôt en cause la légitimité des décisions prises. Tôt ou tard, ces dernières devront être discutées et jugées en toutes connaissances pour que la démocratie retrouve sa plénitude.

3/ Elle suppose que chacun soit éduqué. L’exercice du pouvoir nécessite un niveau de savoir-faire et de connaissances défini par des fondamentaux (savoir lire, écrire, s’exprimer), des repères (factuels, symboliques, moraux) et des outils (intellectuels et matériels). Le pouvoir démocratique commande l’acquisition d’une culture générale de haut niveau validée par un examen pratique.

La démocratie est une utopie, un mode de gouvernement rigoureusement inaccessible mais vers lequel les tous doivent tendre absolument.    

 

Posté par Le_Refusant à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2022

LES POLITIQUES ET LES SCIENTIFIQUES

giecEntre un bon politique et un vrai scientifique, l’écart de crédibilité est abyssal et tout citoyen en quête de savoir devrait être attentif à la question dès qu’il est confronté à leurs discours mis en concurrence.

Là où le premier expose sa thèse, le second propose une synthèse laquelle est le produit de la confrontation d’une thèse à toutes les antithèses disponibles. L’un vend un projet plutôt fermé ou peu disposé à se corriger sous peine de fatals reniements ; l’autre avance une solution toujours ouverte et vouée à être revue et corrigée dès réception d’une information inédite.

Le politique idéal serait-il le vrai scientifique ? Rien n’est moins sûr, l’objectif de chacun n’étant pas soluble dans celui de l’autre. Averti de cette désolante incompatibilité, le citoyen soucieux du vrai doit construire son opinion (sa thèse) dans l’esprit du savant et choisir ensuite le politique qui proposera un projet qui soit le plus proche possible de la vérité scientifique du moment. 

Posté par Le_Refusant à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]