Le spectateur affranchi

AFFRANCHI N'EST PAS GAGNANT

41v3mgzCixLUn spectateur affranchi, ni de gauche ni de droite, ni blanc ni noir, sans genre ni âge, passe muraille et retour, n’a aucune chance d’intéresser ses contemporains dans un monde ou seul le buzz le plus arrogant, vulgaire, provocateur, extrême ou radical répond aux attentes égocentriques des foules. Un non-fiché S…alopiaud, gris, métis ou mixte, inclassable et qui refuse d’entrer dans la boîte qui lui est allouée représente l’horreur absolue pour la fabrique du buzz sur réseaux dissociaux. Même le scoop ne fait plus recette. Ce qui compte n’est pas le caractère inédit de l’information, seulement son degré d’intensité provocatrice.

neutralite-politique-philosophique-religieuse-applique-secteur-prive-comment-rediger-clause-T

Posté par Le_Refusant à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


RESISTANT, RENONCANT ET REFUSANT

torrent-de-montagneLe résistant est comme un barrage : il se bat contre la pression de l’eau pour imposer son ordre. C’est un combattant dont la valeur dépend de la cause pour laquelle il se bat.

Le renonçant est comme le galet emporté par le flux du torrent : il s’abandonne à la pression de l’eau qui lui impose sa loi. Rompu au moindre effort, il suit la pente ouverte devant lui et devient complice de la violence qui l’entraîne, pour le meilleur ou le pire.

Le refusant est un rocher qui se laisse contourner par le courant ; il ne cherche pas à lutter contre la puissance de la gravité qui se déverse autour de lui, il s’emploie seulement à ne pas se laisser emporter plus loin. Il n’est coupable que de lui-même.

Posté par Le_Refusant à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 décembre 2021

PINCE-MIE ET PINCE-MOI

pince-mie et pince-moi

 

Pince-mie et Pince-moi sont dans le bateau France.

Pince-mie défend les plus pauvres,

Pince-moi les plus riches.

Le bateau louvoie mais garde le cap.

Pince-mie décide de défendre la différence,

Pince-moi continue de défendre sa différence.

Que devient le bateau désolidarisé ?

Posté par Le_Refusant à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2021

LA CULTURE... DU POISSON ROUGE

Culture du poisson rouge

La culture ?

C'est ce qui reste quand on a tout oublié.

Encore faut-il avoir quelque chose à oublier !

Posté par Le_Refusant à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2021

LE PRIX DU SILENCE !

le prix du silenceDemain, le prix du silence à l’affiche ? Comme l’air que nous respirons, les marchands du Temple vont-ils bientôt nous facturer ce qu’ils s’emploient à détruire par ailleurs ? Ce jour là, saurons-nous nous faire entendre ?

Posté par Le_Refusant à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


LA CULTURE DU MAITRE

la culture du maître

 

S’extasier devant la culture d’un maître, d’une idole ou d’un gourou relève de la prétention a en être soi-même assez doté pour la reconnaître. À la fin de l’envoi, l’imbécile se touche et le diable rit.

Posté par Le_Refusant à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2021

SONT-ILS VRAIMENT "PRO LIFE" ?

RKPGX6GYEFFZDP3BZUEUQDU7BQQuelle est la différence entre la loi anti-avortement votée par le parti "Droit et Justice" polonais et la mort d’un nourrisson syrien à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne ?

Il n’y en a pas. Dans les deux cas, le « choix de la vie » est aussi sélectif que rhétorique. Il se fait aux dépens d’une autre, celle d’un être humain désigné comme l’ennemi (en l'occurrence, un enfant de un an ou une femme de 30 pour lesquels la vie n'a pas été choisie).

Posté par Le_Refusant à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2021

LA NOSTALGIE EST TOUJOURS CE QU'ELLE ETAIT

Dies_PraeteritosLa campagne électorale qui s’amorce est l’occasion pour les ambitieux aux dents creuses de sortir les couteaux et de balancer des propos qui font mouche, des slogans, ces formules qui n’engagent que ceux qui y croient disent eux-mêmes les candidats aux suffrages avec cynisme. Dans ce contexte, l’instrumentalisation de l’Histoire est un vrai fléau. Convoqués malgré eux pour être loués ou dézingués selon la couleur du maillot, Jeanne (d’Arc), Napoléon (Buonaparte), Charles (De Gaulle), Philippe (Pétain) défilent sur les plateaux de la mise en scène au grand dam des historiens dont le difficile et patient travail vole en éclat sous les coups de boutoirs des cordonniers culottés qui chaussent au dessus du genou. L’opération qui consiste à extraire du sombre puits du passé quelques os jetés en pâture à l’opinion publique pour justifier les projets à l’étal va bon train, d’autant plus facile à mettre sur les rails que tout et son contraire existe dans les cimetières du temps d’avant.

Face au travail de déformation-reconstruction de l’Histoire au gré des besoins du moment, les professionnels patentés restent impuissants. Leur discipline exige du temps et des médias mieux adaptés que les réseaux asociaux ou les plateaux de télé-irréalité. La valeur de leur parole repose sur la présentation de preuves – les sources certifiées authentiques –, lesquelles exposées en notes de bas de page ne peuvent franchir les fourches caudines des 250 caractères ou des quatre-vingts secondes d’antennes. La discipline, par ailleurs, ne rime pas avec polémique ; elle relève du long chantier des cathédrales, dans lequel chaque artisan apporte ses pierres, ses mesures et ses talents pour ériger l’édifice commun. Les historiens de métier ne se disputent pas, ils collaborent à la même œuvre, chacun ajoutant sa touche à celle de ses pairs, même – et surtout – s’il n’est pas d’accord avec eux.

morceaux-choisisSur le terrain des batailles politiciennes, les marchands du temple font également grand cas de la Mémoire et du devoir qui lui est associé selon la saison. Cette référence à des épisodes du passé a le mérite d’être plus accessible au commun des citoyens et de leur proposer un horizon mieux ciblé que celui généré par la complexité de l’Histoire qui ne fait jamais leçon. Comme récit, la Mémoire a l’avantage sur l’Histoire parce qu’elle réduit celle-ci à ce qui est directement utile, elle sélectionne des « morceaux choisis » du passé parce qu’ils servent la cause – bonne ou mauvaise, peu importe.

Sélective, la Mémoire déforme par omission mais, à la différence des faussaires et autres démagogues qui refusent une source parce qu’elle ne sert pas leurs desseins, elle ne nie pas. Elle puise dans ce qui fut, approche qui l’affaiblit pourtant face à ceux qui n’ont rien à prouver. L’alibi ne sert que les coupables, c’est bien connu, et le négationniste rit.

nostalgie, blocageEn marge de tous ces usages du passé, se place encore la nostalgie. A priori, celui qui l’éprouve ne nie pas ; il dit seulement que « c’était mieux avant », tombant ainsi dans le travers de la Mémoire qui ne retient du passé que ce qu’elle se fait devoir de mémoriser. Le nostalgique est juste un sentimental qui ne peut se départir de son affection pour un moment donné de son histoire. Mais si, à l’instar de la mémoire, la nostalgie choisit, sa sélection n’est pas celle de faits plutôt que d’autres, mais d’une période plutôt que toutes les autres : l’Empire romain, la France de l’Ancien Régime, celle du 1er Empire, les Trente Glorieuses, etc. La nostalgie est une madeleine de Proust, un goût qui se limite aux seules personnes qui ont pu la tester et en garder la sensation dans la bouche à sa seule évocation. Elle ne survit pas à la génération qui s’y abandonne. Elle est une affaire intime qui ne peut s’imposer à une communauté sans violence, celle qui s’exerce aux dépens des enfants qui n’aiment pas la soupe qu’ils doivent pourtant manger s’ils veulent du dessert. Elle est mélancolie renvoyant à un passé inadapté au présent comme au futur, comme une réponse impossible aux problématiques du moment. Elle est erronée comme solution et comme référence historique dans la mesure où elle ignore tout ce qui ne lui appartient pas. « Française » ou autre, la mélancolie conjuguée au mode nostalgie comme elle le ferait au subjonctif est une « maladie mentale » (sic), un « trouble de l’humeur » (re sic) qui désarme souvent le malade lequel, au paroxysme du mal, peut en perdre le goût de vivre ; sinon elle le pousse dans une radicalité dangereuse vouée à  renverser les montagnes qui coupent le vieil Adam de son jardin d’Éden.

La nostalgie est toujours ce qu’elle a toujours été : le cocon de l’homme frileux qui refuse de passer, de céder la place aux nouvelles générations, et qui s’entête dans sa quête du Paradis perdu, cet espace de l’immortalité qui fige le monde au temps T de son obsession.

Posté par Le_Refusant à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2021

AU ROYAUME DES IGNORANTS, LE NEGATEUR Y OU Z...

négateur Roi des cons

Posté par Le_Refusant à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2021

GRAND REMPLACEMENT CLIMATIQUE

warming-1024x737Adresse aux politiciens du monde en général et autres procrastinateurs patentés : Quel programme envisagez-vous contre le grand remplacement climatique qui conditionne tous les autres et la survie de tous ?

Posté par Le_Refusant à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]